04
Apr

TRENTE TONNES DE BRONZE

TRENTE TONNES DE BRONZE AU MILIEU DU ROND-POINT DES BEAUX-ARTS

Du Mardi 19 Décembre 2006 – 01:00 au Mercredi 19 Décembre 2007 – 01:00

Martin Guyaux, il est loin d’être un inconnu à Charleroi. Artiste de talent, habitué du gigantisme, c’est à lui que l’on doit les fameuses colonnes rougeâtres qui s’érigent sur l’esplanade de la Cité des Finances à la ville basse. Ses oeuvres plaisent ou ne plaisent pas mais, une chose est sûre, elles ne laissent personne indifférent. C’est sans doute cet argument – de poids – qui a pesé dans la balance quand il s’est agi de commander une structure pouvant orner le rond-point du Palais des Beaux-Arts. “Le souhait de la Ville était d’ériger une oeuvre de qualité, une oeuvre monumentale, capable de s’intégrer dans l’environnement tout particulier de l’endroit” explique l’ex-échevin de la Culture Christian Renard, lequel a suivi pas à pas le projet.

Une oeuvre monumentale donc. Martin Guyaux a relevé le gant et a proposé un projet qui a pu sortir des cartons grâce à ce qu’il restait de l’enveloppe budgtétaire du contrat initialement conclu avec le Fédéral pour les réalisations de la tour des Finances. Relevé le gant c’est le cas de le dire puisque la structure, sensée rendre hommage aux virtuoses de la musique et de l’écriture, se compose de trois mains tendues vers le ciel. “C’est une manière de dire que tout passe par la main, le savoir-faire et le savoir intellectuel précise encore Christian Renard. Trois mains, immenses, de 9 m de haut chacune pesant leur poids de bronze, à savoir plus de 10 tonnes et entourées (à l’image des obélisques égyptiens) de plaques en ardoises couvertes d’écritures codées.

Encore fallait-il les réaliser. Et c’est là que la bât a blessé durant près de 5 ans. Les changements intervenus à la direction de la société italienne Arte Bronzo, sollicitée pour cette coulée cyclopéenne se sont traduits naturellement par des retards qui ont presque fait croire que jamais cette imposante structure, baptisée Passation, n’arriverait sur le sol carolorégien.

Elle arrivera bel et bien, et la chose est désormais confirmée. C’est ce mercredi soir aux alentours de 22h qu’elle devrait arriver, en provenance directe de Villafranca, à bord de trois énormes remorques de 20 mètres de long. Au sortir de l’autoroute, le convoi exceptionnel (encadré par la police) empruntera la chaussée de Bruxelles et ensuite le boulevard Jacques Bertrand avant d’atteindre le site. Là, les sculptures seront prises…en main par une firme spécialisée qui se chargera de les fixer au milieu du rond-point. Il faut le noter: le tunnel donnant accès à l’esplanade devrait être interdit à la circulation (du moins en partie) durant toute la délicate opération.

Quant à l’inauguration officielle de la structure (qui devrait être mise en valeur ultérieurement par un éclairage adapté et qui reposera sur une espèce de petit dôme de granit bleu), aucune date n’est encore avancée. Mais, l’ex-échevin Christian Renard a sa petite idée. Doubler celle-ci d’une exposition, au Palais des Beaux-Arts, des oeuvres de César, Armand et Guyaux autour du thème du travail dans les fonderies. Reste à voir si elle convaincra…